Abandon de poste : les obligations de l’employeur

Il arrive que les salariés s’absentent de son poste pour un moment prolongé sans donner d’explications ou des motifs sérieux à son employeur. Un Comportement qui risque d’être préjudiciable pour l’entreprise et peut conduire l’employeur à procéder au licenciement. La loi ne demeure pas silencieuse face à cette situation et impose certaines conditions pour mieux régulariser cette convergence entre les deux parties contractantes.

Lancer la procédure de mise en demeure

Les absents n’ont pas toujours torts ! En aucun cas l’employeur ne peut immédiatement procéder au licenciement sans mettre en demeure le salarié et comprendre les raisons de son absence. Il doit essayer d’entrer en contact avec lui par lettre recommandée avec accusé de réception ou même par téléphone pour lui demander les motifs de son absence et éventuellement la reprise du travail. Un délai de 2 mois est accordé à l’employeur pour déclencher cette procédure.

Procéder à la sanction disciplinaire

Si le salarié n’a pas répondu à la mise en demeure ou sa lettre de défense n’évoque aucun motif sérieux et légitime de son absence telle que l’arrêt maladie, l’employeur peut évoquer une sanction disciplinaire. Il s’agit principalement de l’entretien préalable au licenciement, l’employeur doit donner un délai de 2 jours à son salarié pour bien préparer ses motifs d’absence. Si ce dernier refuse de venir, la procédure de licenciement sera déclenchée pour motif grave et répétée causant de réelles perturbations à l’entreprise. Le délai de prescription de 2 mois est aussi applicable dans ce cas.

Qu’en est-il du paiement des salaires ?

Si après la procédure de mise en demeure, le salarié ne donne aucune réponse, l’employeur peut décider de suspendre le paiement de son salaire, étant donné que la rémunération est le paiement des tâches effectuées. Par contre, la loi permet au salarié d’emmener l’affaire devant les tribunaux pour résiliation judiciaire de son contrat de travail. Les circonstances sont laissées à l’appréciation souveraine du juge.

About Author

sebastien