Ouvriers qualifiés en industrie : une ressource rare

Ouvriers qualifiés en industrie : une ressource rare

21 juin 2016 Non Par sebastien

Le secteur industriel connait une véritable pénurie de talents depuis 2007. Le phénomène toucherait d’ailleurs le secteur au niveau international. Lors de la dixième édition de l’enquête annuelle de ManPowerGroup, il a en effet été découvert que 1/3 des employeurs dans le monde doivent faire face à cette pénurie de talents. Cette situation se révèle paradoxale, particulièrement en France, où le taux de chômage ne cesse d’augmenter.

Les causes potentielles

tourneurs-fraiseursEn France, le taux de chômage ne cessent d’augmenter. Pourtant, parmi cette masse de salariés potentiels, les entreprises industrielles n’arrivent pas à trouver les profils adéquats aux postes proposés. Selon 29 % des chefs d’entreprise français, les demandeurs d’emploi ne possèdent pas les compétences nécessaires pour répondre à leurs exigences. Parmi les métiers les plus touchés par cette pénurie de talents se trouvent le tourneurs-fraiseurs et les opérateurs de commande, comme l’indique Facilium, un site spécialisé dans l’intérim et le recrutement. La cause de cette pénurie de talents proviendrait de la faiblesse de formations professionnelles de qualité. À cela s’ajoute, bien entendu, le faible degré de connaissances académiques des rares candidats à suivre ce type de formation. L’autre cause quant à elle correspond au manque d’intérêt pour les postes manuels ou opérationnels. ceux-ci étant dévalorisés par notre société. Il s’agit parfois de métiers dangereux qui peuvent même se révéler aliénants. Les candidats potentiels préfèrent ainsi se tourner vers des postes moins comportant moins de risque. En somme, le secteur n’attire que peu de candidats et ces derniers se révèlent peu qualifiés et non motivés.

Une solution qui coûte cher

formation-continuePour le moment, les chefs d’entreprise n’ont pas encore trouvé la solution idéale pour résoudre le problème. Certains préfèrent investir dans la formation continue. Le but consiste à recruter des candidats peu qualifiés et à les former pour qu’ils répondent aux standards de l’entreprise. Malheureusement, cette solution crée de véritables déficits pour les sociétés. Au total, 2,3 milliards d’euros auraient été perdus par ces dernières dans la formation de ses ouvriers. À noter que l’enquête menée par ManpowerGroup révèle également qu’une entreprise sur trois ne possède pas de stratégies RH. Cela pourrait expliquer les difficultés rencontrés dans la formation continue et les résultats médiocres obtenus.