Travail et code vestimentaire : les femmes victimes de la loi du talon

Si la loi Française prône l’égalité et la parité dans le monde du travail, la réalité laisse subsister quelques exceptions. Les femmes sont souvent victimes de discrimination et de pression de la part de leur employeur. Obligation de porter des talons, de mettre de rouges à lèvres ou du maquillage sous risque de licenciement. Doit-on changer cette situation ? Les juristes sont en plein débat qui pourrait bien aboutir à une demande de pétition comme en Grande Bretagne.

Discrimination ou simple règlement intérieur ?

Si la loi interdit toute forme de discrimination quelle qu’elle soit, certaines de ses dispositions ne semblent pas très claires. Les entreprises sont en effet libres de définir les codes vestimentaires de leurs salariés. Mais qu’en-est-il si ces codes sont sexistes ? Les employés pourront-ils obligés les femmes salariés à porter des talons hauts ? Et le refus constitue-t-il une raison suffisante pour licencier son employée ? Faute de loi et de jurisprudence, la question reste lettre morte en France.

 

 

La pétition de mai 2016, en Grande Bretagne

En mois de mai 2016, une pétition sur cette fameuse question avait atteint les 100.000 signatures en Grande Bretagne. Une pétition qui devait aboutir à un débat parlementaire. Pour le moment, les juristes français essayent de répondre à la question. Quant aux commissions parlementaires, elles se bornent à dire qu’une nouvelle loi plus sévère doit être adoptée pour ne pas rester dans le flou juridique, sans mettre en œuvre une action concrète. Il faudra peut être attendre un cas problématique comme en Grande Bretagne pour recevoir une réponse à la question. Affaire à suivre selon les spécialistes.

About Author

sebastien